Nos pélés régionaux

Toutes nos activités sont placées sous la protection de la Vierge Marie.

Ainsi, entre deux pèlerinages à Lourdes, nous proposons à nos membres des pèlerinages vers d'autres sanctuaires mariaux. Ces journées sont organisées par nos correspondants régionaux et, comme toujours, ouvertes à tous. Parfois, c'est l'occasion pour des paroissiens, des cheminots, des familles... de faire connaissance avec la grande famille de Notre Dame de la Voie.

Voici quelques souvenirs de nos derniers pélés régionaux.

Pèlerinage à Notre Dame de la Genouillade, 13 juin 2015

Ce samedi 13 juin, un groupe d'hospitaliers est réuni pour un pèlerinage à Notre Dame de « la Genouillade » ou « l’Agenouillade », au Grau d’Agde. Le Grau d’Agde est un quartier de la ville d’Agde, dans l’Hérault. Il est situé en bordure de la Méditerranée, à l’embouchure (en occitan : Grau) du fleuve Hérault.

Le lieu occupé par le sanctuaire fut d’abord un simple ermitage habité par quelques religieux de Saint Sever d’Agde vers l’an 456.

Au Vème siècle, de fortes pluies s’abattent sur la ville. Le fleuve grossit, et le vent violent en mer empêche les eaux du fleuve de s’écouler. Des inondations menacent les habitants de ce quartier, ainsi que les bateaux et la vie des pêcheurs. Un moine à genoux prie pour que la pluie cesse et demande à Marie d’intercéder auprès de Dieu. Soudain, Marie apparaît, agenouillée à ses côté et prie avec lui. Aussitôt, la pluie s’arrête. Marie disparaît. Petit à petit, les eaux refluent et tout rentre dans l’ordre. Le lendemain, on découvre que la pierre sur laquelle Marie s’est agenouillée a gardé l’empreinte de son genou.

Cette apparition a été consignée par un père capucin en six vers latins :

Ici parut la vierge suppliante, à genoux,

À la mer en fureur fixant une barrière,

De ses genoux sacrés, elle marqua la pierre.

De Marie à jamais, depuis son courroux,

L’onde n’osa franchir la virginale empreinte,

Mais le flot doucement heurte la rive sainte.

Situé sur une route de Compostelle, ce lieu était une halte très fréquentée par les pèlerins du Moyen-Âge. Plus tard, au XIIème siècle, une chapelle est érigée autour de ce rocher.

Notre pèlerinage débute par le chant du Magnificat et la Prière du Rosaire. La messe est célébrée par le Père Gérard Frioux, prêtre modérateur à Sète. Il nous accueille avec beaucoup de gentillesse dans cette chapelle qu’il connaît bien. Il a un franc-parler, un œil malicieux, une très jolie voix. Il partage avec nous le repas pris en commun dans le restaurant le plus proche. 

Dans nos prières, nous n’oublions pas les absents de cette journée, qu’ils soient retenus pour des raisons de santé ou pour des activités diverses. 

Sur le plan touristique, nombreux sont ceux qui sont ensuite « montés » au Mont Saint Clair, d’où l’on a une vue à 360° sur la ville de Sète. Au sommet se dresse une église d’un style très particulier, gérée par des prêtres de la communauté de Notre Dame de la Salette.

Un premier pélé réussi dans le Midi… à renouveler !

Anne-Marie et André