La page de notre aumônier

NDV170 p04 a 07 Aumonier 2018 01 PHOTO1

C'est le thème pastoral de Lourdes pour 2018... une des paroles de Marie aux serviteurs des Noces de Cana ; et que leur demandera Jésus ? Simplement de remplir d'eau les cruches du banquet... Ces paroles peuvent nous aider à mieux comprendre la relation entre Marie, son Fils, et la petite Bernadette. Ces paroles peuvent nous aider à nous mettre en route, dans la confiance du Christ, pour que le monde trouve sa joie. Marie avait remarqué que la noce allait manquer de vin, elle a intercédé auprès de Jésus, et elle a appelé les serviteurs à le suivre.

De la même manière, il y a 160 ans, elle appela Bernadette à venir à elle, à se pencher sur l'eau boueuse de la source, puis à repartir pour porter au monde son appel à la prière : « Faites tout ce qu'il vous dira. »

Puisse notre pélérinage 2018 être ce moment où nous allons prendre le temps, avec Marie, pour ouvrir nos yeux sur le monde, sur les attentes de nos frères et sœurs, prendre le temps avec Bernadette, pour entendre Marie nous envoyer vers son Fils, et accepter de servir, même pour de petites tâches, pour un monde meilleur.                                                                                  

Comme toutes les hospitalités, Lourdes se prépare à vivre du mieux possible le thème pastoral 2018, que vous pouvez lire dans son intégralité sur le site internet des Sanctuaires :

https://www.lourdes-france.org/sites/default/files/atoms/files/2017/09/theme_pastoral_2018.pdf

Pour nous, ce bulletin et notre récollection à Nîmes nous aideront à entrer dans le thème et à préparer notre pèlérinage à Lourdes de juillet prochain. De plus, cette année, notre pèlerinage aura un caractère encore plus festif que les autres, puisque nous sommes invités à célébrer les 120 ans de l’Union Catholique des Cheminots Français (U.C.C.F.) après avoir fêté, en juillet 2017, les 70 ans de notre Hospitalité Notre Dame de la Voie.

Et nous pourrons déjà « relire » tout ce que, nous aussi, avons vécu et accompli grâce à Marie, durant tant d'années au service de nos frères et soeurs malades : « Faites tout ce qu'il vous dira. » Nous aurons aussi la possibilité de prier avec l'U.C.C.F. pour Jean Magail, ancien Président, et nous porterons aussi dans notre prière tous les autres défunts qui ont rejoint la demeure de Dieu depuis notre dernier pèlerinage. Alors, ensemble, réunis pour la même cause, chacun à notre façon, nous pourrons chanter : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles, Saint est son nom. »

Hélas, lorsque vous lirez ce bulletin, nous aurons déjà tourné la page de Noël et du Nouvel An ! J'espère que vous aurez vécu de belles fêtes, remplies de joie et d'espérance malgré, parfois, la maladie, le deuil… Que ceux qui nous ont quittés nous aident eux aussi à continuer à vivre nos engagements au service des hommes et du bien commun. Du fond du cœur, je vous souhaite une bonne, heureuse et sainte année, ainsi qu’à vos familles et amis ; puisse la santé être toujours au rendez-vous de vos journées.

Dans le Notre Dame de la Voie n°169 de septembre dernier, j'ai essayé de vous aider à découvrir l'importance de se consacrer à Marie. Vous, moi, chacun à sa manière, et suivant sa liberté, a continué à vivre, mois après mois, cette consécration pour l’officialiser et la renouveler en juillet à Lourdes ; Marie nous guidera, comme elle l’a fait pour Bernadette.                                                                  

L'Église universelle, par le Pape François, va nous faire vivre deux évènements importants qui appellent tous les croyants à s'engager et à réfléchir sur le devenir de l'Église qui se déchristianise et perd de plus en plus son identité. 

NDV170 p04 a 07 Aumonier 2018 01 PHOTO2

Elle a pour mission de redire aux chrétiens actifs et engagés de continuer à être des missionnaires de l'Évangile et, avec Elle, de proposer cette Bonne Nouvelle à toutes et à tous, spécialement à celles et ceux qui ont baissé les bras et l'ont quittée, mais aussi à tous les autres hommes et femmes de bonne volonté, à tous ceux et celles qui fréquentent une autre Église et veulent y voir clair dans leur choix. Parmi celles et ceux que l'Église universelle porte de toutes ses forces dans son cœur, il y a ces myriades de jeunes garçons ou filles qui n'ont plus de repères religieux dans leur vie et qui naviguent à vue, ne savent plus, par exemple, pourquoi aller à la messe ni que veut dire « Bonne Nouvelle ».

C'est ce que découvre entre autres le Pape François à Cracovie lors de l'ouverture des dernières JMJ :

« Je vous ai demandé : Peut-on changer les choses ? Et vous avez crié ensemble un retentissant « Oui ! » Ce cri naît de votre cœur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. Écoutez ce cri qui monte du plus profond de vous ! N'ayez pas peur d'écouter l'Esprit qui vous suggère des choix audacieux... Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Je vous confie à Marie de Nazareth, une jeune comme vous vers qui Dieu a tourné son regard plein d’amour, pour qu’elle vous prenne par la main et vous guide à la joie d’un « me voici ! » total et généreux… »

2018 est une date pour Lourdes, c'est aussi une date pour l'Église qui, en octobre prochain, vivra le Synode des évêques sur les jeunes, la foi, le discernement vocationnel, en attendant de vivre avec les jeunes, les Journées Mondiales de Panama en 2019. C'est dans ce sens que le Pape François a voulu tracer un chemin marial.

L'Église, avec Marie, oriente durant ces deux années notre attention et notre prière vers le monde des jeunes. À lourdes, Marie, « aussi jeune et aussi petite que moi » dira Bernadette, ne s'impose pas de haut, mais apparaît au creux de la terre. 

NDV170 p04 a 07 Aumonier 2018 01 PHOTO3 Copie Copier

Alors, en nous préparant pour notre pèlerinage 2018 à Lourdes, essayons jusqu'en juillet de nous poser ces questions et de nous y convertir le mieux possible :

  • Comment prendre ma part de l'annonce de l'Évangile et de la construction de la chapelle de l'Église?
  • Comment prendre ma place parmi les pauvres, les petits, les souffrants, les Bernadette d'aujourd'hui à qui est confiée la Bonne Nouvelle de Jésus ?

Il aurait été aussi utile et bon de commenter l'évangile des Noces de Cana. Ce n'est que partie remise…

Pour terminer, je vous propose une prière pour nous aider sur notre chemin de conversion, pour entendre et vivre sans cesse et du mieux possible « Faites tout ce qu'il vous dira. »                                        

Seigneur, vous êtes l’Amour

Faites que je voie les choses à faire
sans oublier les personnes à aimer,
que je voie les personnes à aimer,
sans oublier les choses à faire.

Faites que je voie les vrais besoins des autres.
C’est si difficile :
de ne pas vouloir à la place des autres,
de ne pas répondre à la place des autres,
de ne pas décider à la place des autres.
C’est si difficile, Seigneur
de ne pas prendre ses désirs
pour les désirs des autres,
de comprendre les désirs des autres
quand ils sont différents des nôtres.

Seigneur faites que je voie ce que vous attendez de moi parmi les autres.
Enracinez au plus profond de mon être cette certitude
“On ne fait pas le bonheur des autres sans eux”.
 

Seigneur apprenez-moi à faire les choses en aimant les personnes
apprenez-moi à aimer les personnes
pour ne trouver ma joie qu’en faisant quelque chose pour elles.
Et qu’un jour, elles sachent
que vous Seul, Seigneur, êtes l’Amour.

Norbert Ségard (1922-1981, physicien et homme politique français, professeur des Facultés Catholiques).

 

« Bonne voie » sur vos routes humaines ; puissions-nous rencontrer à chaque croisement et à chaque carrefour des Bernadette qui nous montrent le chemin vers Marie qui dira sans cesse à notre cœur : « Faites tout ce qu'il vous dira. »

 

Abbé Jean-Marie Kauffmann - Accompagnateur spirituel

(Extrait de Notre Dame de la Voie n° 170 - Janvier 2018)

 

 

Chers Amis,

Du 17 au 19 juillet 2017, l’Hospitalité Notre Dame de la Voie a vécu un jubilé exceptionnel à la suite des cheminots actifs qui, en 1947, ont pensé qu'il fallait créer une hospitalité pour les cheminots âgés, malades, handicapés qui, tout comme les bien portants, avaient besoin de vivre  les grâces de Lourdes le temps d’un pèlerinage...

Les participants à ce jubilé ont d'abord rendu grâce pour ce premier accompagnement de cheminots malades à Lourdes et ont prié pour les pionniers de notre Hospitalité. Puis ils ont porté dans leurs prières nos frères et sœurs âgés, malades, handicapés, qui, grâce aux hospitaliers, peuvent vivre notre pèlerinage national à Lourdes tous les deux ans. Ils ont aussi porté dans leurs prières tous les hospitaliers absents pour une raison ou pour une autre.

(…) Vous, membres de l’Hospitalité Notre Dame de la Voie, vous savez combien la Vierge Marie anime vos vies et vos actions. Alors, toutes les fêtes de la Vierge Marie qui égrènent nos vies nous aident à vivre avec et par Elle, et nous aident à consacrer nos vies à Marie comme vous l'avez fait lors du jubilé en juillet dernier à Lourdes, en confiant à la Vierge celles et ceux qui vous ont demandé de prier pour eux.

 NDV169 p02 photo

 

Alors pourquoi est-il essentiel de se consacrer à Marie ?

Tout d'abord, cette tradition nous a été léguée par l'Histoire de France. En voici un court résumé.

En effet, la dévotion à la Vierge Marie existait depuis toujours, et se consacrer à Elle était un usage très fréquent chez les gens du peuple. Mais c'est un roi, Louis XIII, qui va officialiser la consécration de la France à la Vierge Marie le 10 février 1638, suite à l'apparition, en 1636, de la Vierge Marie à une religieuse, Mère Anne-Marie de Jésus crucifié, à laquelle Elle demanda que la France lui soit consacrée. Au même moment, Louis XIII et son épouse Anne d'Autriche priaient pour qu'un héritier leur soit donné. Ils multipliaient les pèlerinages et les prières suite à la demande de la Vierge Marie. Louis XIII décida alors de se consacrer personnellement à Elle et de lui consacrer également la France par le texte de vœu qu'il prononça le 10 février 1638. L’héritier naquit quelque temps plus tard et reçut le prénom de « Louis Dieudonné ». C'est aussi Louis XIII qui décida de faire du 15 août, le jour de l'Assomption, la fête du royaume.

Et la prière de consécration à Marie la plus connue remonte au XVIIe siècle, lorsque Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716) écrivit l'acte de consécration à la Très Sainte Vierge Marie :

« Je vous choisis, aujourd'hui, ô Marie, en présence de toute la Cour Céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je vous livre et consacre, en toute soumission et amour, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m'appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande Gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité. Amen. »

Depuis, beaucoup de communautés religieuses à travers le monde choisissent encore de se consacrer à Marie dans leur vie quotidienne, répondant ainsi à son appel, comme les Frères de Saint Jean ou encore à Fatima, à Lourdes et dans les autres lieux où Marie est apparue et a rappelé à l'Église entière l'importance de se consacrer à Elle pour découvrir et vivre toujours mieux de son Fils Jésus.

Ces dernières semaines, l'Œuvre d'Orient a conduit quinze nouvelles statues de la Vierge Marie en Irak pour remplacer celles détruites par l'Etat islamique. Là encore ces statues vont aider nos frères chrétiens d'Irak à consacrer sans cesse  leur vie, leur pays à Marie et à lui demander son aide dans leurs souffrances. Parmi les membres actifs qui ont tout fait pour que ce projet se concrétise (il fallait bien trouver les fonds nécessaires…) se trouve notre aumônier national, le Père Vigneron.

 

Quels sont alors les fruits de la consécration à Marie ?

Nous le savons, cette démarche n'est pas indispensable car le Christ seul est rédempteur, mais elle est une réponse à un appel et, par elle, la Vierge Marie offre des grâces qui aident à avancer sur le chemin de la sainteté. Par la consécration, Marie nous aide à approfondir notre relation personnelle au  Christ et à la purifier en discernant l'essentiel de nos vies. D'autre part, elle nous apprend aussi à « rendre grâce pour les dons reçus de Dieu (Magnificat), à adorer Jésus (Nativité), à aimer et à servir notre prochain (Visitation), à intercéder avec confiance (Noces de Cana), à contempler Jésus avec foi et amour (Compassion de la Croix), à vivre dans la docilité de l'Esprit Saint (Pentecôte).

Nous savons par expérience que l'Église, elle aussi, a la pratique de la consécration, que ce soit pour un autel, une église, des lieux de pèlerinage ou encore quand elle reçoit les vœux perpétuels de religieux et religieuses qu'elle consacre aussi à Dieu. L'Église   elle-même, chaque année, renouvelle  la consécration de ses lieux de culte.

Alors nous aussi, d'une manière plus discrète et plus humble, nous devons renouveler presque chaque jour et sans cesse notre consécration à Marie dans nos vies. Le mot consécration a une obédience religieuse, elle nous rappelle que nous avons passé un contrat avec quelqu'un, nous avec Dieu et Dieu avec nous, et par ce contrat nous lui appartenons. Pour que Marie puisse nous donner son Fils Jésus et se donner à nous comme notre mère du Ciel à tout jamais, nous devons tous les jours nous le rappeler pour en vivre.

En effet, Marie sait bien que nous avons besoin de son aide pour grandir jour après jour, et cela durant toute notre vie terrestre. Et ce contrat, cette consécration, c'est bien sûr de la choisir comme notre mère du Ciel, mais par ce contrat elle s'engage elle aussi à nous faire découvrir sans cesse son Fils Jésus, à l'aimer, à mettre nos pas dans les siens, à vivre de son évangile, et à nous engager, comme jadis les apôtres, à aimer son Église et à la faire grandir.

Au vu des enjeux pour notre foi et notre humanité, nous ne devons pas hésiter à renouveler chaque jour cette consécration à Marie, par la prière ou par quelques mots avant chaque communion eucharistique : « Je suis tout à toi Marie, Vierge sainte. Tout ce que j'ai est tien, Marie Vierge pure. Sois mon guide en tout Marie ma Mère. »

Bien sûr, chacun de nous a de nombreuses prières de bénédiction et de consécration à sa disposition, dans chaque région de France, dans chaque lieu de pèlerinage... J'en possède aussi… L'essentiel est de prier chaque jour et, ainsi, de nous consacrer les uns les autres à la Vierge Marie, tout en consacrant tous ceux et celles qui nous sont chers, nos familles, mais aussi nos frères et sœurs malades, handicapés, ceux qui traversent des épreuves de la vie, nos frères hospitaliers et pèlerins.

C'est ce que nous vivons et expérimentons à chaque pèlerinage à Lourdes ; c'est cette solidarité que nous avons aussi à vivre dans le quotidien de nos vies. Alors levons-nous et osons prier, osons consacrer nos vies à Marie comme nous le faisons, entre autres, à Lourdes.

 

Pour terminer, parmi tant de prières, je vous propose celle du Pape émérite Benoît XVI :

« Marie, montre-nous Jésus !

Sainte Marie, Mère de Dieu, Tu as donné au monde la vraie Lumière, Jésus, ton fils, Fils de Dieu.

Tu t'es abandonnée complètement à l'appel de Dieu et tu es devenue ainsi la source de la bonté qui jaillit de Lui.

Montre-nous Jésus. Guide-nous vers Lui. Enseigne-nous à Le connaître et à L'aimer,

afin que nous puissions, nous aussi, devenir capables d'un amour vrai

et d'être sources d'eau vive au milieu d'un monde assoiffé. Amen. »

 

Bonne route sur vos routes humaines, puissiez-vous à chaque croisement et à chaque carrefour rencontrer Celle qui nous montre le chemin à suivre vers Jésus son Fils, Marie, notre  Vierge  bien aimée,

 

Abbé Jean-Marie Kauffmann - Accompagnateur spirituel

(Extrait de Notre Dame de la Voie n° 169 - Septembre 2017)