Nos hospitaliers en chemin

À nouveau sur le chemin de Compostelle : du Puy en Velay à Conques !

 

En septembre 2015, Marlène et moi avons effectué les derniers 200 kilomètres du chemin de Compostelle, de l’Abbaye de Samos à Saint-Jacques : un chemin inoubliable, pas de tout repos, mais à notre portée ! Arrivées à Compostelle, il nous fallait maintenant vivre le début du chemin !

Cette année, nous sommes donc parties du Puy en Velay pour Conques… après la messe à la cathédrale, une bénédiction et l’envoi sur les routes ! À froid, les premiers mètres furent rudes car la montée dure une heure et demie, mais quelle récompense que ces superbes paysages de la Haute Loire !

Nos 10 jours de marche ont été ponctués par le froid, les chemins glissants, la fatigue, le découragement sous une pluie qui pouvait durer 5 heures sans discontinuer... mais que de merveilleux endroits à admirer : l’Aubrac, la Vallée du Lot, l’Aveyron...

MTalen et Marlene

Et que de belles rencontres !

 

  • Notre rencontre avec le Père Robert Dufour, lors de 2 eucharisties qu’il a présidées. À Aumont d’Aubrac, il a prêché sur le thème de la Croix glorieuse : il a témoigné de ses années passées au Pérou ; les Péruviens vivaient cette Croix glorieuse, dans la pauvreté, mais également dans l’espérance et la joie au jour le jour ! À Nasbinals, il a fait une méditation sur Notre Dame des Douleurs : il a évoqué les pleurs de Notre Dame de La Salette qui nous dit qu’elle est triste à cause de nos manques d’amour, mais qui ne fait pas que des reproches, et nous dit de regarder la croix illuminée sur sa poitrine pour aller vers Jésus avec elle. Les 2 thèmes correspondaient aux thèmes du jour !
  • La rencontre de 2 Canadiennes venues faire le deuil de leurs parents : l’une était médecin, l’autre avocate. Elles ont pris du temps pour venir déposer leur peine sur les routes de Compostelle.
  • La rencontre d’une autre canadienne, victime d’une agression dont elle n’avait aucun souvenir, et qui est venue rendre grâce car elle est vivante !
  • La rencontre d’un monsieur venu se protéger contre sa propre violence : victime d’une injustice, il avait des envies d’en découdre… ce chemin l’a apaisé !
  • La rencontre de 2 Nîmois, gardiens de prison tout juste retraités : ils cherchaient à prendre du recul pour commencer une autre vie !
  • La rencontre d’un jeune venu chercher des forces pour prendre une nouvelle direction…
  • La rencontre de 3 « anges » : des personnes qui nous ont remises sur le bon chemin quand nous étions 2 brebis égarées sous la pluie qui nous empêchait de bien voir les indications du chemin.

 

Il y a eu d’autres rencontres encore ! Des rencontres faciles car nous parlions la même langue, alors qu’en Espagne en 2015, nous ne savions jamais en quelle langue nous devions aborder les personnes rencontrées !

 

Maria Talen - hospitalière de Sète (Région Méditerranée)