Lourdes 2018

Lorsque je suis « de passage à Lourdes », avec l’Hospitalité Notre Dame de la Voie et l’Union Catholique des Cheminots Français, ou pour un séjour plus court et plus « solitaire » (même si à Lourdes les rencontres s’invitent toujours !), je ne manque jamais d’aller rendre visite à la sympathique équipe Communication des Sanctuaires.

Et quand Mathias Terrier me propose de parler sur Radio Présence de mon parcours cheminot et hospitalier à travers mon engagement bénévole au sein de nos deux mouvements, pas d’hésitation, je franchis la porte du studio avec la même ponctualité que les TGV qui nous emmènent à Lourdes… et… 3, 2, 1… antenne !

Les questions fusent, mes réponses donnent toujours plus d’idées à Mathias pour un échange riche autour du lien entre les cheminots catholiques et Lourdes, « le monde du pèlerinage », les spécificités de deux associations nationales, « l’ADN de l’engagement »…

Alors, si vous aussi souhaitez découvrir ce qui nous motive, nous pèlerins, hospitaliers, ou personnes malades, âgées ou handicapées accompagnées, dans notre aventure commune à Lourdes, nous vous invitons à écouter le programme « De passage à Lourdes » diffusé sur Radio Présence le 23 septembre 2018.

Merci à Radio Présence et à toute l’équipe Communication pour leur accueil chaleureux et leurs encouragements pour notre mission de service auprès de ceux qui souffrent… et à très bientôt à Lourdes !

 

Muriel Lanchard - Chargée de Communication et Développement

 

Radio présence web2  Radio présence Muriel

 

 

Marie-Huguette (titulaire) : « C'est important pour moi de retrouver, à l'occasion du pèlerinage, la famille des hospitaliers, apporter un peu de réconfort aux malades ; ils en sont heureux, ils nous le disent. C'est aussi pour moi un temps de ressourcement spirituel ; le partage de la prière tous ensemble est très fort, on renforce l'amitié. Je désire pour tout cela continuer de servir au sein de l'Hospitalité Notre Dame de la Voie. »

 

Odile (auxiliaire) : « En 1979, j'ai découvert l'Hospitalité avec ma tante Colette et ma grand-mère. Ensuite, je n'étais pas revenue et participais seulement avec Alain et nos enfants à la rencontre parisienne annuelle. Colette a successivement proposé à nos enfants de participer aux pèlerinages, et je les y ai encouragés. Depuis, nous trouvons des solutions de garde pour nos animaux et me voici parmi vous, pour vous communiquer ma bonne humeur et, avec ma flûte, accompagner nos célébrations. Je reste persuadée que je n'ai pas un rôle important, mais je me sens bien avec tous et ferai toujours mon possible pour revenir. »

 

Alain (auxiliaire) : « J'ai découvert l'Hospitalité en 1982 à l'occasion d'un week-end à Lisieux. Quelques années plus tard, Colette nous a conviés au repas de Paris et nous avons pris conscience de l'importance de l’association. La suite logique était les pèlerinages à Lourdes, mais seulement pour les enfants. Leur enchantement à chaque retour était vraiment révèlateur. En 2012, nous avons franchi le pas et là, Odile ne m'a pas reconnu : je n’étais plus collé à elle, mais ouvert à tout le monde, souriant et prenant plaisir à servir les malades ! Sans que je m'en rende compte, c'est un changement radical qui s’était produit et Odile m'en a fait prendre conscience. Fort de ce changement, et le service étant enrichissant, je ne souhaite pas râter les pèlerinages à venir. »

 

NDV172 p08 engagements 2018 09

 

« La première en chemin

avec l’Église en marche

Dès les commencements,

tu appelles l’Esprit !

En ce monde aujourd’hui,

assure notre marche ;

Que grandisse le corps

de ton fils Jésus Christ.

Marche avec nous, Marie,

Aux chemins de ce monde,

Ils sont chemins vers Dieu,

ils sont chemin vers Dieu. »

 

(Lourdes 2018)

 

(d'autres témoignages viendront bientôt enrichir ceux d'Odile et Alain)

(Extrait de Notre Dame de la Voie n° 172 - Septembre 2018)

Avant-propos : ce compte rendu est relaté par un malade fictif, mais tous les témoignages en italique ont été réellement entendus pendant le pèlerinage.

 

Voici quelques semaines que je suis inscrit au pèlerinage des cheminots et le grand jour est arrivé ! J’ai dû me lever très tôt pour prendre le car à Rennes. Ma mobilité est réduite, mais les cars loués par l’Hospitalité sont très confortables.

Le voyage aller se passe très bien, à part un gros embouteillage vers Bordeaux. Le déjeuner est excellent. À chaque étape, un temps de prière nous prépare pour ce pèlerinage. Les responsables nous informent régulièrement sur l’avancée des cars de Paris et Nîmes. Le groupe de l’Est voyage en TGV via Paris.

Le soir, les cars arrivent à l’Accueil Notre Dame où nous sommes hébergés pendant notre séjour. Les hospitaliers s’affairent pour notre installation et notre repas. « Je suis impressionné par l’organisation, quand on voit les bagages dans tous les sens et peu de temps après, chacun a sa valise sur son lit ! » Un petit groupe monte à la gare pour réceptionner les pèlerins de l’Est, comme au temps du « train rose ». Après cette journée relativement fatigante, nous nous endormons enfin à Lourdes !

 

12 juillet : après le petit déjeuner, notre aumônier, le Père Kauffmann, nous fait vivre un temps spirituel pendant que les hospitaliers « révisent » leurs différentes attributions : roulage, service en chambre, etc. Les nouveaux découvrent aussi le Sanctuaire avec le référent Formation et le groupe « jeunes ». L’après-midi débute par la messe d’ouverture du pèlerinage à la chapelle Notre Dame. Elle est présidée par le Père Vigneron, notre aumônier national. Plusieurs prêtres et diacres l’assistent. « La célébration était très belle, merci à Odile (flûte) et Gérard (orgue) pour la musique ». Nous rejoignons ensuite l’Esplanade pour la traditionnelle photo. Puis nous rentrons à l’Accueil pour le dîner : nous sommes servis par une équipe dynamique et attentionnée encadrée par Christelle et Magali ; des jeunes nous expliquent qu’elles vivent leur premier service comme hospitalières, quelle joie pour nous d’être ainsi entourés !

NDV172 p05 esplanade Copier

Nous terminons par une soirée festive avec une présentation des activités par les correspondants régionaux.

 

13 juillet : nous participons au chemin de croix dans la prairie où nous admirons les très belles stations, mais il faut vite laisser la place à d’autres groupes. « Le lieu est agréable et ombragé, je regrette le temps trop court consacré au chemin de croix ». Puis nous assistons à la messe à la Grotte, en ce lieu où Marie est apparue à Bernadette. L’après-midi, le Père Kauffmann préside la préparation pénitentielle à la Basilique du Rosaire. « La Basilique est magnifique et les mosaïques nous rappellent à l’ordre lorsqu’on est moins attentif au déroulé de la célébration ». Nous attendons ensuite à l’ombre de la prairie le départ de la procession eucharistique.

NDV172 p06 procession Copier

Les jeunes passent parmi nous pour nous proposer de l’eau et discuter un peu. À l’arrivée du Saint Sacrement, après un temps d’adoration, la procession commence  en direction de la Basilique Saint Pie X. Il fait très chaud sur l’Esplanade et la fraîcheur de la Basilique nous saisit un peu. « J’ai eu la chance d’être placée juste devant, et le prêtre portant le Saint Sacrement s’est arrêté juste devant moi ! » Le soir, les moins fatigués d’entre nous vont entendre les témoignages des hospitaliers qui s’apprêtent à prononcer leur engagement au sein de l’Hospitalité. « Je reste ému par leurs témoignages et la sincérité de leur engagement. »

 

14 juillet : nous nous levons un peu plus tard car la messe du Sacrement des malades est programmée à l’Église Sainte Bernadette, juste à côté de l’Accueil ! C’est le Père Kauffmann qui préside. « Recevoir le sacrement des malades m’a réconfortée./ Je confie ma maladie au Seigneur./ Je me sens porté par la prière des personnes présentes. »

NDV172 p06 sacrement

La célébration est suivie par l’engagement de quatre hospitaliers et quatre hospitalières. L’après-midi, ceux qui le souhaitent peuvent passer aux piscines. « À chaque pèlerinage, je vais aux piscines.» Puis, nous nous retrouvons devant la Grotte pour la prière du Chapelet. Des enfants récitent la première partie du ‘Je vous salue Marie’. « Je prie régulièrement le chapelet, mais là, j’ai eu chaud !/ J’aurais bien aimé pouvoir aller toucher le rocher de la Grotte ». Ensuite, les hospitaliers nous accompagnent en ville pour acheter de petits souvenirs. Le soir, nous participons à la procession mariale. Il y a beaucoup de monde. « Pendant la marche sur l’Esplanade le ‘Je vous salue Marie’ est récité et chanté dans plusieurs langues, mais je peux facilement joindre ma prière à celle des autres ». Au retour, ceux qui le souhaitent montent à la terrasse voir le feu d’artifice. La journée a été longue et chargée : le repos est le bienvenu !

 

15 juillet : c’est le jour de la messe internationale à la basilique souterraine. Nous devons être placés tôt car une foule immense y assiste. La célébration commence par la présentation de tous les groupes dans différentes langues. C’est Monseigneur Souchu qui préside et les Bretons sont heureux de le revoir et de l’entendre. « La Basilique était pleine, combien étions-nous ?/ Je reste impressionné par la multitude et par notre unité. » C’est au sein d’une foule compacte que nous retournons à l’Accueil. En début d’après-midi, nous partons vers la Basilique du Rosaire pour la célébration de L’Envoi présidée par le Père Vigneron. Puis nous allons en procession offrir le cierge qui a été superbement décoré par le groupe « jeunes » avec un rappel de nos prénoms.

NDV172 p07 cierge Copier

Nous terminons notre pèlerinage là où nous l’avons commencé, à la chapelle Notre Dame, pour un moment festif avec l’U.C.C.F. : présentation des groupes régionaux, remise des diplômes d’honneur, pot de l’amitié. Grâce à un planning resserré, nous pouvons suivre la finale de la Coupe du Monde... « On est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions ! » La soirée est consacrée aux préparatifs du départ.

 

16 juillet, jour du départ : nous nous levons très tôt. Les hospitaliers s’affairent : toilette, petit déjeuner, valises… et embarquement. Des montagnes de valises et de cartons sont sur le quai. Nous prenons place dans les cars pour le voyage retour. Nous avons le cœur ‘gros’ de quitter ceux avec qui nous avons vécu ce pèlerinage, mais que de souvenirs dans la tête, que de moments intenses vécus ! Le car démarre et, le portail à peine franchi, nous entonnons un dernier Ave Maria pour dire au revoir à Marie et Bernadette. C’est aujourd’hui le 160ème anniversaire de la dernière apparition. Nous quittons Lourdes sous une très forte pluie. Les cars de Paris et de Nîmes sont retardés par un gros orage. Puis un embouteillage retarde encore un peu plus les Parisiens. Des voies inondées obligent certains à différer leur départ en train. Finalement, tous les participants rejoignent leur lieu de vie, fatigués mais heureux.

 

Joseph, Secrétaire

(Extrait de Notre Dame de la Voie n° 172 - Septembre 2018)

Pour nos jeunes, la rencontre avec Lourdes a commencé dans la famille, chez les grands-parents… comme pour Anthony et Muriel d’ailleurs ! Lourdes, un nom déjà familier donc, et un événement qui revenait régulièrement dans le calendrier familial.

Puis vient le cadeau de première communion pour Pierre ou l’envie, pour Jean, d’aller voir où la Sainte Vierge est apparue à Bernadette.

Commencent alors les questions : « Mamie, est-ce que je te verrai dans la journée ? Est-ce qu’il y aura d’autres jeunes ? Est-ce qu’il faudra se lever tôt tous les jours ? »

Le petit guide envoyé aux jeunes avant le pélé rassure un peu… mais le jour J, et c’est normal, pour nos jeunes c’est un peu un long voyage vers l’inconnu. À l’arrivée à Lourdes, c’est un grand tourbillon : les valises, les immenses couloirs, les visages nouveaux, et la joie de se retrouver ou de faire connaissance.

Inès est venue cette année pour la troisième fois. « Chaque fois, nous dit-elle, je suis très contente de revenir car il y a à Lourdes cette ambiance respectueuse et chaleureuse qui émane de tous ; toujours prêts à aider, à rendre service, et cet état d’esprit me plaît beaucoup. »

« Quand je viens à Lourdes, je suis apaisée. » ajoute Marie.

 

Rencontre avec Patrick, notre Directeur de pèlerinage, qui répond aux questions des jeunes sur l’accident de Brétigny : 

NDV172 p12 Lourdes jeunes directeur pélé

 

Pierre et Jean ont aimé les moments de calme qui leur ont fait du bien, et ils ont été très touchés par la gentillesse des malades. Pour Inès, les mots des malades l’ont aiguillée dans sa vie de chrétienne.

 

Décoration du cierge avec le nom de tous les malades et leurs accompagnants :

NDV172 p12 Lourdes jeunes cierge

 

Un pélé, ça passe trop vite, mais que de souvenirs : Chemin de croix des Espélugues, visite du Château de Lourdes, l’Ave Maria qui trotte dans la tête au petit déjeuner…

 

Visite du Château de Lourdes ; merci à Henri de nous avoir accompagnés :

NDV172 p13 Lourdes jeunes chateau

 

Samuel espère revenir, même s’il ne sait pas si cela sera possible. Tous nos jeunes sans exception ont envie de revenir car « les malades sont très gentils et ont besoin de nous ». Nos jeunes souhaitent aussi être plus attentifs aux personnes fragiles dans leur vie quotidienne, et ils ont promis de l’être.

 

Pour finir, nous avons eu envie de partager avec vous une phrase de Sainte Bernadette que nous avons lue lors de notre visite du Moulin de Boly : « Je te conseille surtout de garder la paix et l’union qui fait le bonheur dans une famille. »

 

Le dernier soir, nos jeunes ont offert à tous les pèlerins accompagnés un petit souvenir dédicacé : marque-page, dessin de Lourdes, mandala biblique… Merci à Magali qui a plastifié toutes ces réalisations !

 

NDV172 p13 Lourdes jeunes ref

 

 

Muriel et Anthony, Responsables du groupe « Jeunes », avec Inès, Marie, Jean, Pierre et Samuel

(texte écrit en groupe à la demande du Père Vigneron pour la célébration d’envoi de notre pèlerinage)

(Extrait de Notre Dame de la Voie n° 172 - Septembre 2018)

 

"Un pélé, ça passe trop vite", nous ont dit nos jeunes lors du pèlerinage 2018, "mais que de souvenirs : Chemin de croix des Espélugues, visite du Château de Lourdes, l’Ave Maria qui trotte dans la tête au petit déjeuner…"

Et les photos ? On se les échange, on les récupère sur Twitter, on les regarde ensemble, on les envoie aux pèlerins malades... et depuis juillet 2017, on les partage sur notre site internet !

Voici quelques morceaux choisis, et un grand MERCI à Magali, Daniel, et Gérard d'avoir immortalisé ces beaux moments de joie partagée...

En cliquant sur chaque "Jour" vous ouvrez une nouvelle fenêtre et visionnez les photos dans un mode agrandi.

 HNDV web Pele2018 montage photoJ1

 

 

HNDV web Pele2018 montage photoJ2

 

HNDV web Pele2018 montage photoJ3

 

HNDV web Pele2018 montage photoJ4

 

HNDV web Pele2018 montage photoJ5

 

HNDV web Pele2018 montage photoJ6